Monsieur Macron a décidé de descendre du Mont Olympe pour vêtir son costume de chef de parti. Un parti isolé sur le plan européen et en marche, seul, vers une ultra technocratisation européenne ! Office européen de l’asile, Conseil européen de sécurité intérieure, Banque européenne du climat, Conférence pour l’Europe, Agence européenne de protection des démocraties… À cette occasion peut être que Monsieur Macron fournira la définition de sa conception de la démocratie !

Doit-on rappeler à Emmanuel Macron que le projet européen possède déjà ses institutions, comme le Conseil de l’Europe, la Cour de Justice de l’Union Européenne ou encore la Cour Européenne des Droits de l’Homme pour garantir le respect de la démocratie et des libertés fondamentales ?

Doit-on rappeler à Emmanuel Macron que le Conseil de l’Europe, qui lutte principalement pour la sauvegarde des droits de l’homme et pour la défense des valeurs démocratiques, est bien la principale organisation de défense des droits de l’Homme, de l’État de droit et de la démocratie en Europe ?

Doit-on rappeler à Emmanuel Macron que pour adhérer à ce Conseil de l’Europe, un État européen doit reconnaitre les principes de l’État de droit que sont la prééminence du droit, la jouissance des droits de l’Homme et des libertés fondamentales, s’engager à collaborer sincèrement et activement à la poursuite du but de l’organisation et avoir un régime de démocratie pluraliste ?

Doit-on rappeler à Emmanuel Macron que le projet européen possède déjà son agence de sécurité alimentaire, la European Food Safety Authority (EFSA) ?

La seule vision, le seul projet du Président Emmanuel Macron n’est rien d’autre que l’alourdissement de la technocratie européenne qui n’aura pour conséquence que l’éloignement de l’UE des peuples. Nous ne pouvons que regretter cette volonté présidentielle d’imposer sa vision dénuée de sens, rejettée par des citoyens qui ne s’y retrouvent pas. Une Europe qui protège ne peut pas être synonyme d’une technocratie renforcée et complexe. L’Europe doit être allégée dans sa technostructure pour être audible !

Pourquoi appeler à une « Renaissance » de l’Europe alors qu’elle n’a rien d’un champ de ruine ?

La vision et le projet des Républicains, de Laurent Wauquiez et de la liste menée par François Xavier Bellamy, Agnès Evren et Arnaud Danjean sont clairs. Plus que jamais il faut réformer notre Europe, bien plus que la ressusciter. Le projet n’est autre que d’assurer davantage de proximité, de transparence, de protection, d’efficacité, et de pragmatisme.

Partager