Actualités

Page 2 de 20

Reflexions en vue du second tour de l’élection Présidentielle

Intervention en commission Agriculture et développement rural sur la mise en place des surfaces d’intérêt écologique (SIE), dans le cadre du verdissement de la PAC.

Angélique Delahaye a souligné la nécessité de laisser les agriculteurs travailler, en rappelant qu’ils sont responsables et connaissent suffisamment leur métier.

La Députée européenne a mis en garde : au motif d’une simplification, nous allons créer une complexité supplémentaire pour les agriculteurs.

Elle a rappelé que la meilleure façon de simplifier quand les règles sont acceptées par tous, c’est de les laisser stables.

Adoption de l’avis Omnibus en Commission AGRI

Image_volatilite_des_prixJe me réjouis de l’adoption ce matin du projet d’avis Omnibus à une large majorité par la commission agriculture du Parlement européen.

Ce texte propose des modifications substantielles et concrètes de la PAC avec notamment la simplification des paiements directs, dont le verdissement et les aides aux jeunes agriculteurs, l’amélioration de la gestion des risques et des crises, le renforcement de la place des agriculteurs dans la chaîne d’approvisionnement alimentaire, une plus forte structuration des filières ainsi que des dérogations au droit de la concurrence européen pour renforcer l’économie agricole. Ces propositions figuraient dans mon rapport sur les outils de la PAC pour lutter contre la volatilité des prix qui a été largement adopté à la session Plénière de décembre 2016.

> LIRE LA SUITE

Gel dans le Val-de-Loire, soutien aux agriculteurs !

Après ce deuxième épisode de gel en quinze jours, je réaffirme mon soutien aux viticulteurs et arboriculteurs du Val-de-Loire. En effet, après les dégâts de l’an dernier à la même période, c’est un coup dur porté une nouvelle fois à ces productions fragilisées.

En tant qu’élue de la circonscription, je suis par nature aux côtés des agriculteurs. Les gouvernements actuels et à venir doivent trouver les moyens d’accompagner les difficultés engendrées par ce nouvel aléa climatique : une perte de revenus d’une part, et une perte de marchés d’autre part.

Je continuerai à me battre au niveau européen pour une Politique Agricole Commune proposant des outils de gestion de risque et de crise adaptés à chaque filière. Comme le rappelle Michel Barnier En agriculture comme dans de nombreux autres domaines, l’Europe n’est pas une option c’est une obligation !

Intervention en commission Environnement, santé publique et sécurité alimentaire, dans le cadre d’un échange sur une stratégie européenne pour une mobilité à faible taux d’émission.

Lors de cet échange de vues, Angélique Delahaye a souligné qu’il ne fallait pas mettre tous les biocarburants dans le même panier, ni préempter les discussions à venir sur la révision de la directive énergies renouvelables.

Dans certains cas, comme les biocarburants issus de l’huile de colza, ils remplissent plusieurs fonctions :

– la production de colza permet d’être plus indépendant vis-à-vis des protéines qui sont souvent importés sous forme d’OGM,

– cela répond aussi à une logique d’économie circulaire, puisqu’au lieu de jeter cette huile, elle est réutilisée,

– c’est enfin pour les agriculteurs une manière de compléter leurs revenus.

Intervention en commission Agriculture, dans le cadre d’un échange de vues avec le directeur exécutif de l’Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA)

Angélique Delahaye est intervenue en commission Agriculture, dans le cadre d’un échange de vues avec le directeur exécutif de l’Autorité européenne de sécurité des aliments, M. Bernhard Url. Cet échange portait sur les actions de l’EFSA, récentes ou en cours, concernant le secteur agricole.

La Députée européenne a souligné qu’il fallait que les parlementaires européens établissent leurs raisonnements sur la distinction entre d’une part, les études du CIRC qui mesurent le danger, et d’autre part les études de l’EFSA qui mesurent le risque.

Elle a également rappelé qu’elle souhaitait plus de transparence sur le travail que fournit l’EFSA.

 

Visite du Collège René Cassin de Ballan-Miré à Strasbourg

photo-okLe 6 avril 2017, des collégiens du Collège Réné Cassin de Ballan-Miré, sont venus rendre visite à Angélique Delahaye au Parlement européen à Strasbourg. Cette visite a donné lieu à des échanges sur les différents aspects du rôle de Député européen et sur le fonctionnement du Parlement européen.

 

Interview d’Angélique Delahaye sur l’huile de palme et la déforestation

logo radio MNE-OkSuite à l’adoption de la résolution sur l’huile de palme et la déforestation des forêts, lors de la session plénière du Parlement européen, Angélique Delahaye a été interviewé par la radio MNE. Ce fut l’occasion de parler de l’impact de l’utilisation de l’huile de palme sur les forêts d’Asie du Sud-Est, les étapes à suivre afin de limiter son utilisation dans l’Union européenne et les effets de cette directive sur la qualité ou les prix des produits. La Député européenne a également rappelé lors de cette émission l’importance du soutien aux filières durables, de la certification unique et de l’information aux consommateurs.

> Ecouter l’interview

 

Il est du devoir de l’UE de lutter contre la déforestation !

Photo illustration huile de palme« L’Union européenne, en temps qu’utilisatrice d’huile de palme, a un rôle majeur à jouer dans la lutte contre les effets nocifs de cette culture, dont la déforestation. Aujourd’hui, nous envoyons un signal fort en ce sens en proposant des mesures concrètes pour garantir la sauvegarde des forêts », ont déclaré Angélique Delahaye et Michel Dantin, à la suite du vote d’un rapport sur l’huile de palme et la déforestation des forêts tropicales et humides.

> LIRE LA SUITE

Débat sur les pratiques frauduleuses dans le secteur de la viande au Brésil en session plénière au parlement de Strasbourg

Angélique Delahaye est intervenue en séance plénière dans le cadre d’un débat sur les pratiques frauduleuses dans le secteur de la viande au Brésil. Elle a souligné qu’il était légitime de de s’interroger sur la place de la viande bovine dans les négociations avec le Mercosur. La Députée européenne a pointé l’existence de deux risques à prendre en compte dans le cadre des négociations : l’un sanitaire pour les consommateurs, l’autre commerciale pour les filières d’élevage. Enfin, elle a rappelé que l’agriculture ne doit pas être une variable d’ajustement des négociations commerciales.

+ anciens + récents