Angélique Delahaye a pris la parole en commission environnement lors de l’échange de vues avec la Commission européenne sur les perturbateurs endocriniens. L’eurodéputé a rappelé qu’elle s’était opposée à l’objection faite à la proposition de la Commission européenne, parce que « mieux vaut une législation imparfaite que pas de législation du tout ». Angélique Delahaye a avouée être inquiète quand à la protection de la santé des citoyens, « demain matin qu’est-ce qui sera sur la table en terme de législation pour protéger la santé des citoyens ? ».

Partager