Angélique Delahaye a rappelé que le principe de gouvernance de l’énergie au niveau européen est avant tout un outil de coordination des politiques énergétiques et climatiques. Elle soutient l’idée de laisser décider les États membres sur la méthode à adopter, pour que collectivement, nous puissions atteindre les objectifs fixées par l’accord de Paris. La Député européen a donc alerté sur le risque d’être trop prescriptif en la matière et a souligné la nécessité d’être pragmatique, de permettre une certaine flexibilité, en tenant compte de l’environnement économique de chaque État membre.

Partager