Angelique Delahaye a rappelé que les indications nutritionnelles présentes sur les sodas n’empêchent pas les jeunes et les moins jeunes d’en boire en quantité, au point de provoquer des problèmes d’obésité. Elle a souligné ne pas être convaincue que l’étiquetage des vins et spiritueux changerait grand-chose au problème de santé  publique auquel nous faisons face. De plus, la Député européen a appelé à promouvoir une consommation responsable et à laisser aux États membres les responsabilités qui sont les leurs.

Partager