Lundi, en commission de l’agriculture et du développement rural, et à l’occasion de la venue au Parlement européen du Commissaire Andriukaitis, en charge de la santé et de la sécurité alimentaire, Angélique Delahaye s’est exprimée sur une utilisation des pesticides compatible avec le développement durable.

« Les agriculteurs sont conscients du problème, ce sont les premiers écologistes ! Il est nécessaire d’accompagner les agriculteurs avec des moyens en matière de recherche et d’expérimentation », a déclaré l’eurodéputé.

Le député européen a tenu à rappeler que, même si des alternatives aux pesticides existent – pour preuve Angélique Delahaye utilise la lutte biologique intégrée sur son exploitation depuis 1985 – ; « ce n’est pas le gage d’une suppression pure et simple de la totalité des produits phytosanitaires, quand une plante est malade il faut bien la soigner ! »

« Il faut savoir raison gardée, il faut se fixer des objectifs clairs et que l’ensemble de l’Europe les appliquent au même niveau, parce que sinon, on crée de la distorsion entre les agriculteurs et on perd de la compétitivité chez ceux qui veulent faire le mieux possible », a conclu l’eurodéputé.

Partager