Glyphosate« Le débat sur la substance glyphosate (désherbant) suscite des inquiétudes chez les citoyens, c’est évident. Néanmoins, le secteur agricole est en grande partie dépendant de celle-ci. Or, à ce jour, il n’y a pas d’alternative économiquement viable et garantissant la santé humaine à proposer aux agriculteurs. Nous devons donc réfléchir à moyen et à long terme à la meilleure solution et ne pas s’en tenir à une simple opposition de principe pour des raisons électoralistes » a indiqué Angélique Delahaye, rapporteur pour le Groupe PPE sur ce sujet.

 « Au nom du Groupe PPE, j’ai souhaité proposer des amendements visant à encadrer l’utilisation de ce produit afin de répondre concrètement aux inquiétudes soulevées. Il est important non seulement de former au mieux les professionnels, via par exemple un certificat d’utilisation, mais surtout d’encadrer strictement, voire même interdire, la vente aux non-professionnels. J’ai également demandé aux États membres et à la Commission européenne de travailler au plus vite sur une liste de co-formulants à interdire, comme le POE-tallowamine, car là est le vrai problème! » a expliqué l’eurodéputée.

 « Mais au-delà de ces propositions, nous devons aussi et surtout soutenir la recherche et l’innovation afin de trouver des alternatives viables pour les agriculteurs » a ajouté la députée européenne.

 « Cette opposition de forme, qui n’est qu’une simple incantation sans conséquence juridique puisqu’il s’agit d’un acte d’exécution, menée par la gauche et les extrêmes au Parlement européen, nous empêche de réfléchir à des solutions concrètes » a conclu Angélique Delahaye

Télécharger le communiqué

Partager