Angélique Delahaye est intervenue en séance plénière dans le cadre d’un débat sur les pratiques frauduleuses dans le secteur de la viande au Brésil. Elle a souligné qu’il était légitime de de s’interroger sur la place de la viande bovine dans les négociations avec le Mercosur. La Députée européenne a pointé l’existence de deux risques à prendre en compte dans le cadre des négociations : l’un sanitaire pour les consommateurs, l’autre commerciale pour les filières d’élevage. Enfin, elle a rappelé que l’agriculture ne doit pas être une variable d’ajustement des négociations commerciales.

Partager