Vidéos (page 2 of 7)

Intervention d’Angélique Delahaye en ComAGRI

Angélique Delaye intervient en ComAGRI sur les futures négociations avec l’Australie: l’agriculture européenne devra être protégée à tout prix !

Intervention sur les énérgies renouvelables

Angélique Delahaye a pris la parole en commission agriculture sur la refonte de la directive sur les énergies renouvelables (RED II). Elle a souligné que les biocarburants de première génération présentent de nombreux aspects positifs pour l’Union européenne.

La Député européen a rappelé qu’ils s’inscrivent dans une logique d’économie circulaire : il s’agit en effet de coproduits de cultures de protéines alimentaires de haute qualité. Angélique Delahaye a souligné que dans le secteur du transport, l’impact des biocarburants est positif pour l’environnement et les émissions de gaz à effet de serre.

De plus, ces carburants biologiques limitent également l’effet négatif de la volatilité des marchés agricoles en apportant de la stabilité économique aux agriculteurs.

Étiquetage des boissons spiritueuses

Angélique Delahaye a présenté son projet d’avis sur l’étiquetage des boissons spiritueuses sous indications géographiques en commission agriculture. La Député européen a appelé à moderniser l’actuel règlement, traitant de questions commerciales et techniques comme l’édulcoration des eaux de vie ou la traduction des indications géographiques sur les marchés asiatiques.

Ce règlement est très important pour l’industrie des boissons spiritueuses en Europe, qui représente la deuxième plus grande part des exportations européennes.

Angélique Delahaye a invité ses collègues à rester le plus possible dans la portée technique du texte pour leurs amendements et à ne pas le confondre avec les autres travaux de la Commission européenne sur les étiquetages de santé et de protection des consommateurs.

 

Petit-déjeuner débat sur les biocarburants

Le mercredi 21 juin, au sein du Parlement européen à Bruxelles, Angélique Delahaye et son collègue Gilles Pargneaux ont parrainés ensemble un petit-déjeuner débat sur les biocarburants. Cet évènement portait notamment autour de la proposition de directive RED II, relative aux énergies renouvelables.

Selon la Député européen, cette directive est très importante pour l’avenir cette filière et du secteur agricole européen. Ainsi, c’est dans cette optique que ce débat visait à attirer l’attention des Députés européens sur l’impact de cette proposition pour les agriculteurs et la décarbonation du transport post-COP21. Cet évènement a permis de réunir des participants issus des milieux politiques, industriels, associatifs, journalistes et ONG. Ce fut une réussite, aussi bien sur le nombre et la qualité des participants, que par l’intérêt des échanges. Il a été question de la filière des biocarburants (des agriculteurs aux producteurs), créatrice de valeur en Europe : tant pour notre agriculture via la co-production de protéines pour l’alimentation animale, indispensables à l’indépendance de l’Europe, que pour la décarbonation des transports.

Ce fut aussi l’occasion pour les participants de rappeler que d’une part, l’Union européenne a le devoir de montrer une ambition forte en matière de décarbonation de l’économie dans un monde post-COP21 et d’autre part, qu’il est indispensable pour l’UE de maintenir une politique en matière de biocarburants issus de l’agriculture.

Enfin, il a aussi été souligné que le transport est un secteur clé, dans la mesure où il représente un quart des émissions totales de l’UE et que la seconde génération de biocarburant ne sera pas disponible avant 2030.

Intervention lors de la réunion conjointe des commissions Environnement et Industrie, sur la gouvernance énergétique de l’Union européenne

Angélique Delahaye a rappelé que le principe de gouvernance de l’énergie au niveau européen est avant tout un outil de coordination des politiques énergétiques et climatiques. Elle soutient l’idée de laisser décider les États membres sur la méthode à adopter, pour que collectivement, nous puissions atteindre les objectifs fixées par l’accord de Paris. La Député européen a donc alerté sur le risque d’être trop prescriptif en la matière et a souligné la nécessité d’être pragmatique, de permettre une certaine flexibilité, en tenant compte de l’environnement économique de chaque État membre.

Intervention en séance plénière dans le cadre d’un débat sur le glyphosate et les procédures d’autorisation, en présence de Vytenis Andriukaitis, Commissaire européen à la santé et à la sécurité alimentaire

Angélique Delahaye a rappelé la nécessité de prendre des décisions sur des bases d’analyses scientifiques et non sur des postures. La Député européen a insisté sur la nécessité d’avoir confiance en notre système d’autorisation des substances, afin d’assurer aux citoyens que les décisions soient bien prises dans leurs intérêts. De plus, Angélique Delahaye a appelé à une meilleure transparence des décisions qui sont prises par la Commission européenne, afin de rétablir la confiance perdue par certains. Enfin, l’eurodéputé a rappelé l’importance du financement de la recherche afin de proposer aux professionnels des solutions alternatives environnementalement et économiquement viables.

Intervention en commission agriculture dans le cadre d’un échange de vues avec Jose Graziano Da Silva, Directeur Général de la FAO, sur l’avenir de l’alimentation et de l’agriculture

Angelique Delahaye a rappelé que la population mondiale augmente et que la demande en alimentation va également augmenter. Elle a souligné que pour se préparer à ce phénomène, il est nécessaire d’une part de mieux produire en respectant l’environnement et d’autre part de lutter activement contre le gaspillage alimentaire.

Intervention en commission environnement sur les mesures de verdissement de la PAC

En tant qu’agricultrice, Angélique Delahaye est très concernée par le durcissement du verdissement. Elle considère les agriculteurs comme les pionniers des écologistes et qu’il ne faut pas chercher à leur apprendre leur métier. La Député européen a souligné que l’interdiction des produits phytosanitaires sur les surfaces d’intérêts écologiques est un non-sens et qu’il est nécessaire de mesurer l’impact qualitatif du verdissement. De plus, Angélique Delahaye considère que le fait de vouloir simplifier des mesures qui ont été mises en place il y a à peine trois ans n’est pas de la simplification, mais seulement de la complexité supplémentaire pour les agriculteurs.

 

Intervention en commission environnement sur l’étiquetage des boissons alcoolisées

Angelique Delahaye a rappelé que les indications nutritionnelles présentes sur les sodas n’empêchent pas les jeunes et les moins jeunes d’en boire en quantité, au point de provoquer des problèmes d’obésité. Elle a souligné ne pas être convaincue que l’étiquetage des vins et spiritueux changerait grand-chose au problème de santé  publique auquel nous faisons face. De plus, la Député européen a appelé à promouvoir une consommation responsable et à laisser aux États membres les responsabilités qui sont les leurs.

Intervention dans le cadre d’un débat concernant le rapport Borzan sur la réduction du gaspillage alimentaire et l’amélioration de la sécurité alimentaire

La lutte contre le gaspillage alimentaire est un sujet auquel la Député européen est attachée depuis longtemps. Elle a souligné qu’il fallait renforcer l’information des consommateurs, entre autres la compréhension des dates de péremption indiquées sur les emballages. Angélique Delahaye a appelé à encourager les dons des produits invendus, notamment par une baisse ou une suppression de la TVA, mais aussi et surtout de s’assurer que les associations caritatives ont bien les moyens de les recueillir.

Older posts Newer posts