Vidéos (page 1 of 10)

Retour sur mon déplacement à la Réunion

Du 28 octobre au 4 novembre, Angélique Delahaye a effectué un déplacement sur l’île de la Réunion afin d’y rencontrer les différents acteurs du milieu agricole et les responsables locaux de sa famille politique.

« Je remercie les Réunionnais qui m’ont accueilli, il était important pour moi d’aller au contact des agriculteurs et des acteurs économiques de l’île afin de mieux intégrer vos préoccupations » a indiqué la députée européenne qui se rendait pour la première fois sur l’île en tant qu’élue. Il apparaissait import pour l’eurodéputée de venir parler de l’impact des décisions prisent au plan européen pour ces territoires qui ont souvent l’impression d’être oubliés. « J’ai pu mesurer combien vous travaillez au quotidien pour la défense de la biodiversité, c’est un élément essentiel pour vous et cela doit être relayer au Parlement européen » a réagit Angélique Delahaye.

« Je reste à votre disposition pleine et entière pour défendre les intérêts de votre territoire, vos intérêts » a souhaité conclure le député européen.

Présentation des rapports sur la PAC

Mercredi 21 novembre, en commission de l’agriculture et du développement rural, Angélique Delahaye participait à la présentation des rapports concernant la réforme de la Politique Agricole Commune.

La députée européenne regrette que la notion de bioéconomie ne soit pas présente dans la proposition de réforme pour la politique agricole. « La prochaine PAC doit comporter une véritable ambition de double performance environnementale et économique » a ainsi rajouté l’eurodéputée. Elle considère que l’agriculture doit être le moteur de la transition écologique, c’est là pour elle tout l’enjeu de la bioéconomie.

Enfin, « je regrette que la Commission ne prenne pas la mesure de l’urgence d’un plan protéine dans ses propositions, nous continuerons donc d’importer 70% de nos protéines végétales issues de cultures OGM » a conclu Angélique Delahaye qui regrette que l’Union européenne n’atteindra pas la souveraineté alimentaire qu’elle mérite.

Gouvernance de l’Union de l’énergie

« Nous nous sommes en effet accordés sur une voie raisonnable et raisonnée, reprenant la vision de notre groupe durant ces négociations » a indiqué la députée européenne.

Pour Angélique Delahaye, l’Union de l’énergie doit encourager tous les acteurs à réduire leur consommation d’énergie tout en les accompagnant vers une consommation plus durable, les objectifs fixés au niveau européen devant permettre au acteurs d’inventer les solutions de demain. En effet, l’eurodéputée considère que « la protection de l’environnement et la compétitivité des entreprises doivent aller de pair. »

Enfin, l’Europe de l’énergie c’est aussi garantir notre indépendance et nous permettre d’être compétitifs dans le concert mondial, c’est pourquoi l’eurodéputée suivra de près la préparation des actes délégués pour ces textes, notamment sur les biocarburants. « Ces futures décisions sont d’une grande importance pour l’avenir des filières européennes » a conclu Angélique Delahaye.

Situation du marché du sucre

Lundi 12 novembre, la Commission européenne effectuait une présentation en commission de l’agriculture et du développement rural sur la situation du marché du sucre.

Alors qu’elle était récemment en déplacement sur l’île de la Réunion où elle a pu visiter des usines de production de sucre, Angélique DELAHAYE a souligné que la Commission semblait avoir oublié dans sa présentation de parler sucre de canne. Pourtant, cette filière est essentielle pour l’économie agricole des régions ultrapériphériques, poussant la députée européenne à demander à l’exécutif européen ce qu’il comptait faire pour protéger ces territoires très fragiles.

Interview sur TV Tours

Jeudi 11 octobre, Angélique Delahaye était l’invitée de TV Tours. L’occasion pour la députée européenne de revenir sur l’actualité locale, nationale et européenne, mais aussi de réaffirmer ses ambitions pour les élections européenne de 2019 où elle souhaite promouvoir une Europe qui protège ses citoyens, ses agriculteurs sans oublier l’environnement.

 

Réutilisation de l’eau dans l’agriculture

Mardi 9 octobre, en commission de l’agriculture et du développement rural, Angélique Delahaye a participé à un échange de vues sur le rapport concernant les « exigences minimales requises pour la réutilisation de l’eau. »

L’occasion pour la députée européenne de renouveler son attachement à inscrire l’eau dans une logique d’économie circulaire tout en soulignant que les expériences passées ont montré qu’il fallait rester vigilant quant à l’impact environnemental et sanitaire de cette réutilisation. « Je veux attirer l’attention sur le fait que l’on doit être prudent quant à la réutilisation de l’eau pour qu’elle n’amène pas de nouvelles crispations pour les agriculteurs » a voulu relever Angélique Delahaye qui a elle-même connu de mauvaises expériences avec la réutilisation de boues.

Présentation de l’avis sur la politique de concurrence dans l’agriculture

Mardi 9 octobre, en commission de l’agriculture (Com AGRI), Angélique DELAHAYE a présenté son projet d’avis sur la politique de concurrence dans l’agriculture pour l’année 2017.

La députée européenne en a profité pour revenir sur les points importants de son avis :

– la promotion des interprofessions,

– le contrôle des importations de produits ne respectant pas les normes européennes,

– rester vigilant quant aux atteintes à la libre concurrence que pourrait entrainer la fusion Bayer /Monsanto. « Le vote de ce projet d’avis interviendra dans cette commission le 21 novembre» a finalement rappelé Angélique Delahaye.

Question à la Commission sur les importations de biodiesel argentin

Mercredi 3 octobre, Angélique Delahaye a soumis une question écrite à la Commission européenne au sujet des importations de biodiesel argentin qui seraient illégalement subventionnées.

Le député européen vous explique le problème.

Intervention en commission ENVI sur la « General Food Law »

Lundi 1er octobre, Angélique Delahaye a participé à un échange de vues en commission de l’environnement, de la santé et du développement durable (Com ENVI) au sujet du rapport « Transparence et pérennité de l’évaluation des risques dans la chaîne alimentaire au niveau de l’UE ».

Ce débat fût l’occasion pour la députée européenne de rappeler l’importance de procédures de contrôles claires et transparentes pour les produits phytosanitaires dans l’Union. « L’Europe possède les normes sanitaires les plus avancées au monde avec des procédures de contrôle très strictes, ce texte nous permettra d’être encore une fois un précurseur dans ce domaine. »

Pour autant, Angélique Delahaye a tenu à revenir sur une problématique importante au niveau des importations. « Nous nous devons d’importer des produits qui respectent nos normes alimentaires, sanitaires mais aussi environnementales. » a rappelé l’eurodéputée.

« C’est pourquoi j’ai déposé des amendements visant à protéger la santé de nos concitoyens, notamment en appliquant le principe de préférence communautaire » a conclu Angélique Delahaye.

Intervention en séance plénière sur les produits phytosanitaires

Jeudi 13 septembre, Angélique Delahaye est intervenu en séance plénière lors du débat concernant le rapport POC sur la mise en œuvre du règlement sur les produits phytopharmaceutiques.

Le député européen en a profité pour rappeler que la question des pesticides est au cœur des débats européens et « qu’il est du devoir des parlementaires de s’assurer que les procédures d’autorisation des produits phytosanitaires sont claires et transparentes ».

« C’est ici que je veux soulever une aberration européenne, nous imposons à nos agriculteurs d’être les meilleurs de la classe tout en important des produits cultivés avec des substances interdites en Europe. C’est là le meilleur moyen de condamner notre agriculture » a regretté Angélique Delahaye.

« Nous devons aller vers une agriculture plus respectueuse de l’environnement et plus rémunératrice pour nos agriculteurs, c’est le sens du message de la double performance environnementale et économique que je porte au sein du Parlement européen » a souhaité conclure le député européen, elle-même agricultrice en Touraine.

 

Older posts