Non classé (page 1 of 3)

Étiquetage des boissons spiritueuses

Angélique Delahaye a présenté son projet d’avis sur l’étiquetage des boissons spiritueuses sous indications géographiques en commission agriculture. La Député européen a appelé à moderniser l’actuel règlement, traitant de questions commerciales et techniques comme l’édulcoration des eaux de vie ou la traduction des indications géographiques sur les marchés asiatiques.

Ce règlement est très important pour l’industrie des boissons spiritueuses en Europe, qui représente la deuxième plus grande part des exportations européennes.

Angélique Delahaye a invité ses collègues à rester le plus possible dans la portée technique du texte pour leurs amendements et à ne pas le confondre avec les autres travaux de la Commission européenne sur les étiquetages de santé et de protection des consommateurs.

 

Intervention lors de la réunion conjointe des commissions Environnement et Industrie, sur la gouvernance énergétique de l’Union européenne

Angélique Delahaye a rappelé que le principe de gouvernance de l’énergie au niveau européen est avant tout un outil de coordination des politiques énergétiques et climatiques. Elle soutient l’idée de laisser décider les États membres sur la méthode à adopter, pour que collectivement, nous puissions atteindre les objectifs fixées par l’accord de Paris. La Député européen a donc alerté sur le risque d’être trop prescriptif en la matière et a souligné la nécessité d’être pragmatique, de permettre une certaine flexibilité, en tenant compte de l’environnement économique de chaque État membre.

Intervention en séance plénière dans le cadre d’un débat sur le glyphosate et les procédures d’autorisation, en présence de Vytenis Andriukaitis, Commissaire européen à la santé et à la sécurité alimentaire

Angélique Delahaye a rappelé la nécessité de prendre des décisions sur des bases d’analyses scientifiques et non sur des postures. La Député européen a insisté sur la nécessité d’avoir confiance en notre système d’autorisation des substances, afin d’assurer aux citoyens que les décisions soient bien prises dans leurs intérêts. De plus, Angélique Delahaye a appelé à une meilleure transparence des décisions qui sont prises par la Commission européenne, afin de rétablir la confiance perdue par certains. Enfin, l’eurodéputé a rappelé l’importance du financement de la recherche afin de proposer aux professionnels des solutions alternatives environnementalement et économiquement viables.

Intervention en commission environnement sur les mesures de verdissement de la PAC

En tant qu’agricultrice, Angélique Delahaye est très concernée par le durcissement du verdissement. Elle considère les agriculteurs comme les pionniers des écologistes et qu’il ne faut pas chercher à leur apprendre leur métier. La Député européen a souligné que l’interdiction des produits phytosanitaires sur les surfaces d’intérêts écologiques est un non-sens et qu’il est nécessaire de mesurer l’impact qualitatif du verdissement. De plus, Angélique Delahaye considère que le fait de vouloir simplifier des mesures qui ont été mises en place il y a à peine trois ans n’est pas de la simplification, mais seulement de la complexité supplémentaire pour les agriculteurs.

 

Intervention en commission Agriculture et développement rural sur la mise en place des surfaces d’intérêt écologique (SIE), dans le cadre du verdissement de la PAC.

Angélique Delahaye a souligné la nécessité de laisser les agriculteurs travailler, en rappelant qu’ils sont responsables et connaissent suffisamment leur métier.

La Députée européenne a mis en garde : au motif d’une simplification, nous allons créer une complexité supplémentaire pour les agriculteurs.

Elle a rappelé que la meilleure façon de simplifier quand les règles sont acceptées par tous, c’est de les laisser stables.

Adoption de l’avis Omnibus en Commission AGRI

Image_volatilite_des_prixJe me réjouis de l’adoption ce matin du projet d’avis Omnibus à une large majorité par la commission agriculture du Parlement européen.

Ce texte propose des modifications substantielles et concrètes de la PAC avec notamment la simplification des paiements directs, dont le verdissement et les aides aux jeunes agriculteurs, l’amélioration de la gestion des risques et des crises, le renforcement de la place des agriculteurs dans la chaîne d’approvisionnement alimentaire, une plus forte structuration des filières ainsi que des dérogations au droit de la concurrence européen pour renforcer l’économie agricole. Ces propositions figuraient dans mon rapport sur les outils de la PAC pour lutter contre la volatilité des prix qui a été largement adopté à la session Plénière de décembre 2016.

> LIRE LA SUITE

Gel dans le Val-de-Loire, soutien aux agriculteurs !

Après ce deuxième épisode de gel en quinze jours, je réaffirme mon soutien aux viticulteurs et arboriculteurs du Val-de-Loire. En effet, après les dégâts de l’an dernier à la même période, c’est un coup dur porté une nouvelle fois à ces productions fragilisées.

En tant qu’élue de la circonscription, je suis par nature aux côtés des agriculteurs. Les gouvernements actuels et à venir doivent trouver les moyens d’accompagner les difficultés engendrées par ce nouvel aléa climatique : une perte de revenus d’une part, et une perte de marchés d’autre part.

Je continuerai à me battre au niveau européen pour une Politique Agricole Commune proposant des outils de gestion de risque et de crise adaptés à chaque filière. Comme le rappelle Michel Barnier En agriculture comme dans de nombreux autres domaines, l’Europe n’est pas une option c’est une obligation !

Intervention en commission Environnement, santé publique et sécurité alimentaire, dans le cadre d’un échange sur une stratégie européenne pour une mobilité à faible taux d’émission.

Lors de cet échange de vues, Angélique Delahaye a souligné qu’il ne fallait pas mettre tous les biocarburants dans le même panier, ni préempter les discussions à venir sur la révision de la directive énergies renouvelables.

Dans certains cas, comme les biocarburants issus de l’huile de colza, ils remplissent plusieurs fonctions :

– la production de colza permet d’être plus indépendant vis-à-vis des protéines qui sont souvent importés sous forme d’OGM,

– cela répond aussi à une logique d’économie circulaire, puisqu’au lieu de jeter cette huile, elle est réutilisée,

– c’est enfin pour les agriculteurs une manière de compléter leurs revenus.

Il est du devoir de l’UE de lutter contre la déforestation !

Photo illustration huile de palme« L’Union européenne, en temps qu’utilisatrice d’huile de palme, a un rôle majeur à jouer dans la lutte contre les effets nocifs de cette culture, dont la déforestation. Aujourd’hui, nous envoyons un signal fort en ce sens en proposant des mesures concrètes pour garantir la sauvegarde des forêts », ont déclaré Angélique Delahaye et Michel Dantin, à la suite du vote d’un rapport sur l’huile de palme et la déforestation des forêts tropicales et humides.

> LIRE LA SUITE

Débat sur les pratiques frauduleuses dans le secteur de la viande au Brésil en session plénière au parlement de Strasbourg

Angélique Delahaye est intervenue en séance plénière dans le cadre d’un débat sur les pratiques frauduleuses dans le secteur de la viande au Brésil. Elle a souligné qu’il était légitime de de s’interroger sur la place de la viande bovine dans les négociations avec le Mercosur. La Députée européenne a pointé l’existence de deux risques à prendre en compte dans le cadre des négociations : l’un sanitaire pour les consommateurs, l’autre commerciale pour les filières d’élevage. Enfin, elle a rappelé que l’agriculture ne doit pas être une variable d’ajustement des négociations commerciales.

Older posts