Réductions annuelles contraignantes des émissions de gaz à effet de serre afin de respecter les engagements pris en vertu de l’accord de Paris (A8-0208/2017 – Gerbrandy)

L’Union européenne, comme la France, s’est engagée à respecter les objectifs de l’accord de Paris sur le climat fixés en 2015. Ainsi, dans le cadre de cet accord il est important de réduire nos émissions de gaz à effet de serre afin de limiter le réchauffement climatique à 2 degrés. L’objectif est de réduire pour 2030 les émissions de gaz à effet de serre de 30% par rapport à 2005 grâce à un mécanisme de répartition des efforts mais aussi d’avoir plus de prévisibilité à long terme avec un objectif de 80% de réduction d’ici 2050. Il prévoit aussi une meilleure efficacité énergétique et reconnait le rôle essentiel des agriculteurs dans la lutte contre le réchauffement climatique. J’ai donc voté en faveur de ce texte, qui entérine l’accord de trilogue trouvé entre le Parlement européen et le Conseil de l’UE en décembre 2017.

Modification de la directive-cadre sur les déchets (A8-0034/2017 – Bonafè)

Ce rapport fait partie du paquet « économie circulaire ». Il vise à renforcer les mesures de prévention des déchets et à favoriser le développement d’un marché efficient des matières premières secondaires. Ce texte avance également des pistes de réflexion intéressantes sur la prise en compte des déchets industriels et commerciaux. Je considère nécessaire une harmonisation des définitions des déchets et la mise en œuvre de règles européennes permettant une plus grande visibilité des taux de recyclages réels dans chacun des États membres. Je me réjouis que ce rapport pose les bases d’une véritable politique de lutte contre le gaspillage alimentaire : une proposition de définition européenne, la prise en compte d’une hiérarchie spécifique et l’appel à la mise en place d’une méthodologie commune. Cependant, j’estime que certaines propositions seront compliquées à mettre en œuvre, notamment sur l’objectif visant à recycler 70 % des déchets municipaux d’ici à 2030, celui-ci pouvant dissuader les États membres de jouer le jeu. Ce texte représente dans son ensemble une grande avancée et c’est pourquoi j’ai voté en faveur de l’accord trouvé en trilogue, j’espère que le Conseil se prononcera également en faveur.

Mise en décharge des déchets (A8-0031/2017 – Bonafè)

Ce texte fait partie du paquet « économie circulaire ». Il favorise l’utilisation efficace des ressources et la réduction de la production de déchets et de leurs effets sur l’environnement. Je me réjouis que cette proposition vise à modifier la directive sur la mise en décharge. Ces restrictions peuvent véritablement être utilisées comme un moyen d’action dans le contexte de l’économie circulaire. Je considère que tout objectif de réduction quantitative n’est pas une fin en soi mais doit être un moyen de parvenir à une gestion durable des ressources. Enfin la mise en décharge ne devrait être autorisée qu’en l’absence d’alternatives (avec un objectif de la limiter à 10% d’ici 2030). Issue d’un accord de trilogue, ce texte me parait être un compromis raisonnable, c’est pourquoi j’ai voté en faveur.

Emballages et des déchets d’emballages (A8-0029/2017- Bonafè

Ce texte fait partie du paquet « économie circulaire ». Je considère que nous devons passer à un modèle de développement circulaire en optimisant le cycle intégré des déchets pour une utilisation efficace des ressources. Il est nécessaire de décourager l’usage excessif des emballages et d’encourager la conception d’emballages qui puissent être recyclés ou réutilisés plus facilement quand cela est possible. Je me réjouis que ce rapport vise à promouvoir des mesures de soutien en faveur de la recherche et l’innovation sur l’usage et la commercialisation d’emballages fabriqués à partir de matériaux renouvelables. J’ai voté pour ce texte et je suis très satisfaite de l’accord qui a pu être trouvé en trilogue laissant une part plus réaliste aux objectifs de recyclage tout en prévoyant un suivi de qualité.

Véhicules hors d’usage, déchets de piles et d’accumulateurs et déchets d’équipements électriques et électroniques (A8-0013/2017 – Bonafè)

Ce texte fait partie du paquet « économie circulaire ». Les équipements électriques et électroniques, piles et véhicules font l’objet d’une demande croissante conduisant à divers déchets. Ces déchets constituent une source précieuse de matériaux qui se raréfient et leur recyclage offre des possibilités importantes en termes de disponibilité de matières premières secondaires sur le marché. Je me réjouis que ce rapport cherche à fixer des objectifs en matière de réduction des déchets, y compris pour la mise en décharge, le réemploi et le recyclage. Le suivi des objectifs et les contrôles de l’impact sur l’environnement et la vie humaine assureront une bonne exécution de ce texte. C’est pourquoi j’ai voté en faveur de l’accord trouvé en trilogue.

Mise en œuvre du septième programme d’action pour l’environnement (A8-0059/2018 – Sârbu)

Ce rapport porte sur la mise en œuvre du 7ème programme d’action pour l’environnement, qui est un programme d’action qui présente des solutions afin de respecter les objectifs environnementaux de l’Union européenne à l’horizon 2020. Je me réjouis de voir l’Europe acter le passage d’une économie linéaire à une économie circulaire, notamment via la promotion du recyclage des déchets et de la lutte contre le gaspillage alimentaire. Cependant, ce programme demeure assez critique sur le rôle de l’agriculture dans la lutte contre le réchauffement climatique et je regrette que l’amendement reconnaissant le rôle positif de la PAC dans ce secteur n’ait pas été adopté.  Je tiens à saluer les efforts qui vont dans le bon sens, les investissements dans l’amélioration des écosystèmes ou la transition vers une agriculture aux activités faibles en émissions de gaz à effet de serre. J’ai donc voté en faveur de ce texte car j’estime qu’il faut encourager les efforts de l’Union en faveur de l’environnement.

Stratégie européenne pour la promotion des cultures protéagineuse (A8-0121/2018 – Denanot)

Ces trente dernières années, les différentes stratégies protéines de l’Union ont échouée à relancer la production sur le continent européen ne pouvant ainsi garantir l’indépendance protéique de l’Europe vis-à-vis des importations de soja OGM en provenance des pays tiers tels que le Brésil et les États-Unis. Cela présente un risque en matière de sécurité et de souveraineté alimentaire. Je soutiens donc cette initiative visant à véritablement relancer une production européenne de protéines via le développement des légumineuses à graines (soja, protéagineux) et des légumineuses fourragères qui pourraient être financées au travers de la PAC. De plus, les productions de protéines européennes génèrent un coproduit oléagineux que l’on peut valoriser en biocarburant dans une logique d’économie circulaire, ce qui représente un revenu supplémentaire pour les agriculteurs. C’est pourquoi j’ai voté en faveur de ce texte.

Statut et financement des partis politiques européens et des fondations politiques européennes (A8-0373/2017 – Bresso & Wieland)

Suite aux nombreux scandales qui ont affecté l’image du Parlement européen, il m’apparaissait très important de renforcer les règles sur le financement des partis. Il me semble essentiel que l’argent attribué aux partis politiques reflète le choix des citoyens aux élections, c’est pourquoi j’estime que 90 % des fonds alloués doivent être répartis entre les partis politiques proportionnellement au nombre de leurs élus au Parlement européen. Quant au 10% restant, ils seront distribués de manière équitable entre les formations politiques. J’ai donc voté en faveur de ce texte législatif qui devrait permettre de restaurer le lien entre les citoyens et les partis politiques européens.

Production biologique et étiquetage des produits biologiques (A8-0311/2015 – Häusling)

Devant l’augmentation de la consommation de produits issus de l’agriculture biologique, le cadre règlementaire trop complexe de l’UE devait être simplifié et actualisé. J’ai soutenu la mise en place d’un étiquetage plus clair sur l’origine des matières premières agricoles et sur l’organisme qui effectue le contrôle. Il m’apparaît important de maintenir un contrôle de qualité tout en montrant notre plus grande confiance aux producteurs qui respectent les règles. Je me réjouis que l’on soit parvenu à un accord équilibré après 4 années de difficiles négociations. En tant qu’agricultrice, je suis très attachée au principe de la conformité entre les produits importés et les produits européens. Il est inacceptable de vendre en Europe une banane bio importée ne répondant pas aux critères imposés aux producteurs européens. Il en va de la confiance des consommateurs et de la crédibilité des labels bio. C’est pourquoi je resterai vigilante quant au contrôle de qualité des produits biologiques importés et des produits phytopharmaceutiques utilisés en agriculture biologique.

Réticence à la vaccination et baisse du taux de vaccination en Europe (B8-0188/2018)

Face au scepticisme grandissant des citoyens envers les vaccins, qui entraine une baisse du taux de vaccination en Europe, je tiens à rappeler mon soutien au progrès que représente cette avancée médicale. En effet, la vaccination a permis d’éradiquer de nombreuses maladies mortelles et sauve de nombreuses vies chaque année. Je considère qu’il est important que l’on montre ses effets bénéfiques et que l’on incite les gens à se protéger contre certaines maladies. J’ai donc voté en faveur de cette résolution qui promeut la vaccination et permettra aux personnes d’être mieux informées sur ses effets. Je salue ce vote intervenu quelques jours avant la semaine européenne de la vaccination, qui se tient du 23 au 29 avril, et qui envoie un message fort.

Décharge 2016 : budget général de l’UE – Décharge 2016 : budget général de l’UE – Parlement européen (A8-0105/2018 – Vaughan)

J’ai voté en faveur du rapport concernant la décharge sur l’exécution du budget général du Parlement européen pour l’exercice 2016. J’apprécie les efforts en matière de communication permettant aux activités du Parlement d’être plus visible tant dans les médias que sur les réseaux sociaux. Je tiens cependant à rappeler mon attachement à la défense du siège du Parlement européen à Strasbourg. J’estime important que la France, pays fondateur, conserve cette institution européenne sur son territoire, à Strasbourg, ville symbole du rapprochement franco-allemand et de la construction européenne.

 

Partager