Définition, présentation et étiquetage des boissons spiritueuses, ainsi que protection des indications géographiques relatives à celles-ci (A8-0021/2018 – Pilar Ayuso)

J’ai voté en faveur du rapport Ayuso sur les boissons spiritueuses. Étant rapporteure pour avis pour la commission de l’agriculture, je me suis particulièrement investie dans ce rapport et je me félicite de son adoption. Néanmoins, si je suis satisfaite du rejet des amendements sur l’usage de l’alcool éthylique de bière dans la préparation des spiritueux, qui aurait été dommageable pour le système des IG, je regrette que les amendements visant la diminution du taux d’acidité des eaux-de-vie de fruits aient été adoptés, car ils mettent en péril le travail de nombreuses PME. En effet, ces amendements ne prennent pas du tout en compte le fait que les producteurs d’eaux-de-vie mettent déjà en place de bonnes pratiques de fabrication visant à réduire la teneur en acide cyanhydrique et en carbamate d’éthyle des eaux-de-vie de fruits à noyaux. Par ailleurs, suite à plusieurs prélèvements faits récemment sur des eaux-de-vie, les seuils fixés par la DGCCRF, à savoir 7 mg/L pour l’acide cyanhydrique et 1mg/L pour le carbamate d’éthyle, étaient respectés. C’est pourquoi j’invite le Conseil de l’Union europeénne comme la Commission à défendre les producteurs d’eaux-de-vie, là où le Parlement, malgré les efforts déployés par la délégation française du PPE, a failli.

Objection formulée en vertu de l’article 106: autorisation du maïs génétiquement modifié 59122 (DAS-59122-7) (B8-0122/2018)

J’ai voté contre cette objection visant à refuser la mise sur le marché de produits contenant du maïs génétiquement modifié 59122 (DAS-59122-7). Cette objection s’appuie sur une accusation faite à la Commission. Cette dernière est accusée d’outrepasser ses compétences dans le cadre des actes d’exécution qui lui sont attribués. Pourtant, la Commission a respecté la procédure existante en matière d’autorisation d’OGM. Elle a demandé au préalable une analyse de l’Autorité européenne de sécurité des aliments (AESA) sur l’innocuité de la plante pour la santé humaine et animale, et pour l’environnement avant d’émettre une proposition d’autorisation. Cette objection n’a donc selon moi pas lieu d’être et traduit simplement une volonté d’interdire systématiquement tout OGM, alors que cela relève de la compétence des États membres.

Objection formulée en vertu de l’article 106: autorisation du maïs génétiquement modifié MON 87427 × MON 89034 × NK603 et du maïs génétiquement modifié combinant deux des événements MON 87427, MON 89034 et NK603 (B8-0124/2018)

J’ai voté contre cette objection visant à refuser la mise sur le marché de produits contenant du maïs génétiquement modifié MON 87427 × MON 89034 × NK603 et du maïs génétiquement modifié combinant deux des événements MON 87427, MON 89034 et NK603. Cette objection s’appuie sur une accusation faite à la Commission. Cette dernière est accusée d’outrepasser ses compétences dans le cadre des actes d’exécution qui lui sont attribués. Pourtant, la Commission a respecté la procédure existante en matière d’autorisation d’OGM. Elle a demandé au préalable une analyse de l’Autorité européenne de sécurité des aliments (AESA) sur l’innocuité de la plante pour la santé humaine et animale, et pour l’environnement avant d’émettre une proposition d’autorisation. Cette objection n’a donc selon moi pas lieu d’être et traduit simplement une volonté d’interdire systématiquement tout OGM, alors que cela relève de la compétence des États membres.

Situation des droits fondamentaux dans l’Union européenne en 2016 (A8-0025/2018 – Frank Engel)

Ce rapport d’initiative porte sur la situation des droits fondamentaux dans l’Union européenne en 2016. Bien qu’il soit sans réelle valeur juridique, il est essentiel par le message qu’il porte. En effet, même si de nombreux progrès ont été faits ces dernières années en matière de défense des droits fondamentaux, beaucoup reste encore à faire, notamment en ce qui concerne la lutte contre le racisme, les violences faites aux femmes, l’intolérance religieuse ou encore les discriminations à l’encontre des handicaps, de l’orientation sexuelle ou de l’identité de genre. Cependant, certaines des questions de société présentes dans ce rapport relèvent de la subsidiarité des États membres, principe auquel je suis très attachée, et doivent donc être réglées au niveau national. C’est pourquoi sur certains de ces points j’ai préféré m’abstenir. Néanmoins, j’ai tenu à voter en faveur de la résolution finale, puisqu’il s’agit là d’un texte important. Le combat pour la défense des droits fondamentaux dans l’Union européenne comme dans le reste du monde doit continuer.

Perspectives et enjeux du secteur apicole de l’Union européenne (A8-0014/2018 – Norbert Erdős)

Le rapport ERDŐS porte sur les perspectives et les enjeux du secteur apicole de l’Union européenne. J’ai voté en faveur de ce rapport, car il contient de multiples propositions intéressantes en faveur de la relance de la filière apicole en Europe, telles que la lutte contre la contrefaçon et la promotion de la consommation du miel. Cependant, j’ai voté contre l’amendement visant une interdiction de tous les pesticides à base de néonicotinoïdes, car j’estime qu’il faut se fonder sur des preuves scientifiques avant de prendre toute décision politique, or ce n’était pas le cas des propositions faites dans l’amendement déposé. Je me réjouis d’ailleurs qu’une majorité de députés européens aient rejeté l’amendement, car cette interdiction risquait de mettre les agriculteurs dans des impasses techniques et technologiques. A l’inverse, je suis pour le fait de privilégier une approche pragmatique à une approche idéologique, et d’encourager en permanence la recherche et l’innovation afin de trouver des alternatives viables du point de vue environnemental et économique aux substances avant de vouloir les interdire du jour au lendemain.

 

Partager