Situation actuelle et perspectives pour l’élevage ovin et caprin dans l’Union (A8-0064/2018 – Herrantz Garcia)

Ce rapport d’initiative porte sur la situation actuelle et les perspectives pour l’élevage ovin et caprin dans l’Union. Il fait état de la fragilité de ces secteurs qui sont confrontés à une baisse de la consommation de leurs viandes, affectés par la sortie du Royaume-Uni de l’Union et durement affaiblis par les importations en provenance de pays tiers, aux normes et coûts de production souvent moindres. Le Parlement européen souhaite par ce rapport relancer la consommation des viandes ovines et caprines dans l’Union en encourageant l’innovation et la communication auprès d’un public plus jeune. Le Parlement se positionne également pour la protection du pastoralisme, qui joue un rôle très important dans la préservation du milieu rural, de la biodiversité et des écosystèmes. Il s’agit également d’assurer la pérennité de ces secteurs qui connaissent un très net vieillissement en favorisant l’installation des jeunes éleveurs. Ce rapport propose des mesures afin de protéger les troupeaux des grands prédateurs, et invite ainsi la Commission européenne à réviser la directive Habitats. Au vu de la fragilité des secteurs ovin et caprin, j’estime que ce rapport arrive à point nommé et c’est pourquoi j’ai voté en faveur.

Interdiction totale de l’expérimentation animale pour les cosmétiques (2017/2922(RSP)

Cette résolution porte sur l’interdiction de l’expérimentation animale pour les cosmétiques et vise à promouvoir le bien-être animal tout en assurant une bonne protection de la santé humaine et animale et de l’environnement. Les interdictions posées par l’Union européenne en matière d’expérimentations animales pour les cosmétiques ont permis de développer des méthodes d’innovation alternatives qui vont au-delà du secteur des cosmétiques. Cependant, il existe encore trop de pays tiers qui ne respectent pas les règles européennes en matière d’expérimentation, il est donc important de les encourager à développer des méthodes alternatives. En tant que membre de l’intergroupe « bien être et protection des animaux », je me sens forcément concernée par ce sujet et je me devais de voter en faveur de cette résolution.

 Objection OGM betterave à sucre H7-1 (B8-0220/2018)

J’ai voté contre cette objection visant à refuser la mise sur le marché de produits contenant de la betterave à sucre génétiquement modifiée H7-1 (KM-ØØØH71-4). Cette objection s’appuie sur une accusation faite à la Commission européenne. Cette dernière est accusée d’outrepasser ses compétences dans le cadre des actes d’exécution qui lui sont attribués. Pourtant, la Commission a respecté la procédure existante en matière d’autorisation d’OGM. Elle a demandé au préalable une analyse de l’Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA) sur l’innocuité de la plante pour la santé humaine et animale, et pour l’environnement avant d’émettre une proposition d’autorisation. Cette objection n’a donc selon moi pas lieu d’être et traduit simplement une volonté d’interdire systématiquement tout OGM, alors que cela relève de la compétence des États membres.

> Voir toutes les explications de vote

Partager